LE CAFÉ PEUT SAUVER!



Le 20 mars 2019, Radio Canada a publié un article sur les résultats d’une recherche prometteuse en matière de cancer de la prostate. En effet une équipe japonaise a identifié dans le café deux composants, qui agissent ensemble pour bloquer le développement des cellules cancéreuses de la prostate. Les recherches précédentes ne faisaient que constater, celle-ci l’explique. Une telle nouvelle va réjouir les consommateurs de café mais doit-elle inciter à en boire plus ?

Une étude rassurante qui reste de la recherche.

Il est donc important de prendre cette nouvelle avec exactitude. Cette étude est encore au stade de recherche, elle n’a pas été réalisée sur des humains mais des souris. Il faut donc attendre encore un peu avant de crier victoire. De plus il faut s’assurer que les deux composés du café identifiés (l’acétate de kahweol et le cafestol) soient tous deux présents. Comment? En consommant du café Arabica et en le préparant en expresso.

Comprendre l'arabica en 52 secondes

Le saviez-vous?

Le cancer de la prostate au Canada (cancer.ca)
·         Est le plus fréquent chez l’homme.
·         1/7 aura ce diagnostic dans sa vie.
·         Il est la troisième cause de décès par cancer chez les canadiens.
Pour réduire les risques de 59%, des chercheurs américains (en 2013) ont montré qu’il fallait boire au moins 4 tasses de café par jour.


Le café pour se protéger :




Trois tasses de café par jour réduisent de 20% ce risque chez les femmes et de 9% chez les hommes. Aucune publication à ce jour ne peut expliquer une telle différence.  


Trois tasses de café peuvent réduire entre 25% et 50% la probabilité de développer un cancer du foie, selon une étude du Royaume Uni (2017). Attention juste du café noir sans crème ou lait.


La recherche montre qu’il semble réduire les risques. Il n’est cependant pas recommandé, les saines habitudes de vie (alimentation, exercice physique) restent la référence.

Une étude allemande sur des souris affirme que la consommation modérée de café pourrait protéger contre la maladie de l’Alzheimer. Le café éviterait l’accumulation de protéines (la bêta amyloïde) dans les neurones. En grande proportion ces protéines forment des plaques et perturberaient le fonctionnement des neurones. Là encore on est au stade de recherche.


Alors le café c’est toujours bon?

Ça dépend, ça dépend de la dose, de l’âge, de la condition physique de la personne, du type de café. À haute dose les effets bénéfiques deviennent dangereux : hypertension, tremblement, palpitation, reflux gastrique…voir mort. Des jeunes meurent régulièrement d’arrêts cardiaques par surdosage.

Chez les jeunes on compte donc 3mg de café par kilo. Les jeunes sont friands de boissons énergisantes caféinées. Elles sont froides et bus plus vite. La caféine aura donc des effets plus intenses car son taux augmente plus vite dans le sang. On privilégie donc les cafés chauds bus lentement.

Chez les adultes on compte entre 200 et 300mg/jour soit moins de trois cafés selon Santé Canada, ou 5 à 6 expressos en France (le petit noir contient moins de caféine). Un bémol à ajouter pour les femmes. Les femmes ménopausées doivent éviter une consommation excessive qui augmenterait le risque d’ostéoporose.  Et les femmes enceintes doivent se limiter à une tasse par jour. Selon une étude au-delà de 5 tasses par jour, les succès de fécondations in vitro sont réduit de 50%.


Alors café ou pas café? Une fois de plus il est difficile de tranché. Comme dans tout : tout est une question de modération. De plus il est important de se connaître et de savoir si le café nous convient. Clairement, boire du café, ou du thé noir tout au long de la journée n’est pas bon, surtout avant de se coucher (favorise l’insomnie). Il faut le boire tranquillement, chaud, et de qualité. Une fois de plus la recherche nous confirme ce que nous savons : vivons avec modération.    


Commentaires

Patrice Leroux a dit…

Bon billet Karine. Je suis un bon consommateur de café espresso. Me voici quelque peu rassuré !

;-)

PL

Posts les plus consultés de ce blog

CÉRÉALES POUR BÉBÉS, DANGER ARSENIC!

"LA RÉVOLUTION" DU GUIDE ALIMENTAIRE CANADIEN

LA RÉSISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES S'EXPLIQUE!